USR 3155

Suivre l'actualité par flux RSS

Laboratoire IRAA

Institut de Recherche sur l'Architecture Antique (Antenne de Lyon)

image oiseau MOM

Le théâtre en Ionie : les monuments et leurs usages, de la fin de l'époque classique à l'antiquité tardive

Jeanne CAPELLE    

Mail : jeanne.capelle[at]univ-lyon2[dot]fr

Sous la direction de J.-Ch. Moretti

Ce projet de thèse est conçu dans la continuité de travaux de master 1 et 2 consacrés aux théâtres micrasiatiques à l'époque antonine, et réalisés sous la direction de Fr. Prost à l'Université de Paris 1.

Il s'agit cette fois de se limiter à une région où se concentrent une trentaine d'édifices de type théâtral (sur les quelque trois cents que l’on peut recenser en Asie Mineure) et donc à un corpus restreint d'une vingtaine d'édifices de spectacle (théâtres et odéons, en excluant les bouleuteria, quand on ne leur connaît qu'un usage politique). On entend l’Ionie dans son sens classique hérodotéen (I, 142) comprenant les douze cités du koinon des Ioniens, îles (Samos et Chios) comprises, qui restera une entité forte fédérée autour du sanctuaire du Panionion (mais aussi de celui de Claros) jusqu’à l’époque impériale.

Cette délimitation géographique permet d'embrasser la chronologie théâtrale dans son entier, et ainsi de s'interroger sur l'évolution du théâtre, depuis les origines, parfois antérieures à Alexandre, puisque les cités d'Ionie sont très tôt marquées par l'hellénisme, jusqu'à l'abandon tardif des édifices de spectacle dans une région située au cœur de la province romaine d'Asie. En outre, la densité des vestiges et de la documentation textuelle, notamment épigraphique, facilite une étude de la durée, à travers toutes les phases de construction et tous les usages qu'on pouvait faire du théâtre, de l'éternel retour des concours aux rassemblements plus ponctuels, entre perpétuation de la tradition et événements marquants.

Cette thèse se veut donc une synthèse régionale, nourrie d'un matériel en bonne part inédit, même pour une région relativement bien connue et étudiée, qui demande une fréquentation régulière des sites ; son questionnement directeur, mais non unique, est la dialectique des monuments et de leurs usages, le changement des uns conditionnant celui des autres et vice versa, dans le jeu complexe de l'évolution de ces édifices en perpétuel chantier, qui constituent un enjeu socio-économique majeur dans la cité. 

Le travail n’est donc pas consacré à l’architecture en tant que telle, mais dans son rapport à ses cotextes et naturellement à ses contextes : ensembles d’édifices de spectacle, de monuments publics, cités. Enfin, la mise en série des théâtres d’Ionie permet de mettre en évidence quelques phénomènes régionaux, au-delà des caractéristiques déjà bien connues de ceux d’Asie Mineure. On ne s’interdit pas non plus quelques parallèles avec les théâtres du monde gréco-romain, pour une région qui, aux époques qui nous intéressent, est une interface dynamique, ouverte à l’Occident.

   carte de localisation des théâtres d'Ionie

 

 

 

 

 

 

Logo CNRS