USR 3155

Suivre l'actualité par flux RSS

Laboratoire IRAA

Institut de Recherche sur l'Architecture Antique (Antenne de Lyon)

image oiseau MOM

Athènes

 La base de Ménôdoros

Le lutteur et pancratiaste Ménôdoros fut l'un des athlètes les plus célèbres et les plus redoutables de la fin du iie s. av. J.-C. Il fut honoré de deux statues, l'une à Athènes et l'autre à Délos, portées par des bases où étaient représentées les couronnes qu'il avait remportées dans certains des plus grands concours du monde grec. N. Badoud, M. Fincker et J.-Ch. Moretti ont entrepris une étude des deux bases et une nouvelle analyse des inscriptions qu'elles portent. Les fragments de la base athénienne, dont l'emplacement demeure incertain, sont actuellement répartis entre le Musée de l'Agora et le Musée épigraphique d'Athènes.

 

Les klèrôtèria

Les fouilles de l'agora grecque et des environs de l'agora romaine d'Athènes ont livré une quinzaine de klèrôtèria,machines à tirer au sort utilisées pour l'attribution des charges publiques et la désignation des jurés du tribunal, dès la fin du ve s. av. J.-C. Ils se présentent sous la forme de stèles à encadrement architectural dont le champ est creusé de rainures disposées en colonnes. Dans l'entablement est creusé un entonnoir qui était prolongé par un tube métallique prenant appui contre l'un des pilastres. On utilisait pour le tirage au sort des pinakia, tablettes en bronze portant le nom des candidats et des cubes blancs et noirs pour les sélectionner ou les évincer. L. Rabatel et N. Bresch ont repris l'analyse de ce corpus qui compte quelques klèrôtèria inédits. Il est conservé au musée épigraphique et au musée de l'agora d'Athènes. L'objectif est d'en étudier le fonctionnement et, en s'appuyant sur les sources littéraires, d'en définir les conditions et les lieux d'utilisation.

 

Le théâtre

J. Ch. Moretti a consacré plusieurs de ses travaux au théâtre de Dionysos à d'Athènes et, en particulier, à sa phase d'époque classique. Il a rassemblé les arguments qui conduisent à lui restituer une orchestra trapézoïdale bordée par trois volées de gradins rectilignes en bois montés sur des échafaudages (ikria). Il a obtenu l'autorisation d'étudier avec N. Bresch la zone centrale du dallage de l'orchestra où est généralement restitué un autel consacré à Dionysos. Qu'il y ait eu un petit autel de plan circulaire à cet emplacement ne semble pas douteux, mais celui-ci paraît avoir été mobile et rien n'assure qu'il ait été consacré à Dionysos.

 

Bibliographie

Moretti J.-Ch., « Le théâtre d'Athènes à l'époque classique », Bulletin de l'association régionale des enseignants de langues anciennes de Lyon 57 (mai 1998), p. 12-16.

Moretti J.-Ch., « Le théâtre du sanctuaire de Dionysos Éleuthéreus à Athènes, au Ve s. av. J.-C. », REG, 113 (2000), p. 275-298.

Moretti J.-Ch., « The Theater of the Sanctuary of Dionysus Eleuthereus in Late Fifth-Century Athens », dans M. Cropp, K. Lee, D. Sansone (éds), Euripides and Tragic Theatre in the Late Fifth Century, Illinois Classical Studies 24-25 (1999-2000) [2000], p. 377-398.

Moretti J.-Ch., « Les lieux de culte dans le théâtre grec », dans J.-Ch. Moretti (éd.), Fronts de scène et lieux de culte dans le théâtre antique, TMO 52 (2009), p. 23-52.

Logo CNRS